Konutv.com

Proche collaborateur de Yahya Jammeh et dans les grâces des nouvelles autorités gambiennes : l’homme d’affaires libanais Mohammed Bazzi désigné terroriste international par le Trésor américain

0 66

 

Jeudi 17 mai, le Trésor américain par le biais du Bureau du Contrôle des Actifs Etrangers (OFAC) a encore frappé le Hezbollah libanais en visant l’un de ses bras financiers, en l’occurence Mohammed Ibrahim Bazi, son représentant en Iran Abdallah Safi Al Din ainsi que cinq entités basées en Belgique, en Gambie et au Liban.

Ces nouvelles sanctions entrent dans le cadre de la lutte acharnée enclenchée par l’administration Trump contre Téhéran et ses soutiens. Donald Trump a annoncé le 8 mai dernier que les Etats-Unis se retiraient de l’accord sur le programme nucléaire iranien et qu’à cet effet, des sanctions seront imposées à la République islamique.

Ces nouvelles mesures impliquent que tous les avoirs de Mohamed Ibrahim Bazzi aux Etats Unis seront gelés ou présentés à l’OFAC. Il est également interdit aux citoyens américains de faire affaire avec l’homme d’affaires Libanais.

En visant l’un des financiers du Hezbollah libanais considéré comme une organisation terroriste par les USA, l’administration Trump coupe en quelque sorte l’herbe sous le pied de l’ancien président gambien Yahya Jammeh, en exil en Guinée Equatoriale. L’ancien homme fort de Banjul est un proche collaborateur de Mohammed Ibrahim Bazzi dont la société basée en Gambie, Euro African Group vient d’être sanctionnée par le Trésor américain.

Société détenant les droits exclusifs d’importation de carburant en Gambie, Euro African Group serait en réalité la propriété de Yahya Jammeh. Il en aurait confié la gestion à Bazi pour passer entre les mailles des filets. D’ailleurs, une enquête a été ouverte par les nouvelles autorités gambiennes pour faire la lumière sur le financement occulte dont la fondation Jammeh pour la paix aurait bénéficié de la part de…Euro African Group. En effet, entre 2012 et 2013, Jammeh aurait détourné 8 millions de dollars à travers sa fondation. Rien qu’en 2013, cinq versements ont été effectués sur le compte de la Fondation Jammeh logé à la Trust Bank par Euro African Group. Pour autant, Mohammed Bazi qui est désormais considéré comme un terroriste international par les Américains, reste dans les bonnes grâces des nouvelles autorités gambiennes. A quel prix ?

Lorsque ses avoirs en Gambie et ses relations pour le moins nébuleuses avec Jammeh ont été ébruitées, l’homme d’affaires a accepté de témoigner contre l’ancien dictateur. Il aurait même été reçu par Adama Barrow himself pour aplanir les positions. Sauf qu’après les sanctions du Trésor américain, il est à craindre que Mr Bazzi ne continue d’avoir ses habitudes à Banjul. A moins que…

Leave A Reply

Your email address will not be published.